GUINGAMP,L'eglise Notre-Dame, ses vitraux, ses auteurs.

Publié le par jeanpierrelebihan2

Vitraux de Notre-Dame de Guingamp

En1856,
Auguste André,dans sa brochure: "De la verrerie et des vitraux peints dans l'ancienne province de Bretagne," rennes 1878, page 157 indique quec'est sous la date de 1624 qu'il faut placer la grande vitre du bas de la nef de l'église Notre-Dame du Bon-Secours et qui est l'oeuvre de Alain Ruperon et Jean Lelouet"

Il  ajoute qu'il restait  dans la baie du chevet  un vitrail a peu près intacte
où l'on  en voyait
des donateurs:
 qui étaient la duchesse marguerite de Foix accompagnée de ses deux filles,  de vitrail était l'œuvre de Pierre du Moulin datant de 1483.

   Le verrierDidron au lieu de conserver ces éléments en fit un pastiche  Secdn 1935

Didron, Adolphe,    dit, "l'ainé".1806 1885, produit des vitraux entre 1849 et 1867.


Ami de Montalembert.Il est l'homme des Annales Archéologiques, il avoue de ne pas savoir dessiner,  cependant il fonde son atelier avec Ledoux qui est chargé des cartons et dessins ainsi qu'avec Thibaud, Il emploie les meilleurs dessinateurs de carton, Steinheil, Lavergne, Lassus, Ledoux, Darcel.

Directeur d'une manufacture de vitraux de 1852 à sa mort.sa production est de 4000 m2. Il pronait, pour la conception d'un vitrail de caractère plan fermant la baie, reprenant ainsi le système médieval.



, LVers 1850.'atelier parisien de Laurent et Gsel, peintre verrier
travaille à la Basilique.

En 1853, en l' église Notre-Dame, 
dans la baie, au fond de l'église,  dont les  dimensions  sontenviron(0,20x2,50)  vitraux à grisailles avec  des cabochons, dans le style néo-XIIe


En1857,  Baie haute d'axe. Didron fait disparaître les restes de vitraux de 1484, certes en fragments et mutilés en 1856.


En1873,l' atelier Jean Fournier fournit à l'église Notre-Dame, 2 baies figuratives du côtè nord dont l’une sur la guerre de 1870.
Fournier,   Julien, et Lux    Tours,
le premier vers1835-1896, le second,1882-1940.Julien travaillait en collaboration avec un verrier nommé Clément après 1874. On le trouve aussi avec Fialeix, verrier du Mans. Il fut le plus important  du Morbihan si l'on compte ses oeuvres.



 Lors de la seconde  partie du XIXe,  des Vitraux de l'atelier du Carmel du Mans. sont fournis
Carmel du Mans,    1853,fut la date de leur consécration et  ledébut de la première grande fabrique monastique de vitraux, en vue d'orner leur propre chapelle.

1873, Fialex, 2 baies figuratives, côté nord dont l’une sur la guerre de 1870.avec  des soeurs de Saint-Vincent-de-Paul.

Publié dans vITRAUX VXIX° et XX°

Commenter cet article