Plougastel-Daoulas

Publié le par jeanpierrelebihan2

PLOUGASTEL- DAOULAS

Eglise Saint-Pierre

Edifice du XVII°siècle,

     
                Reconstruite en partie en 1950. Ducrest de Villeneuve,  dans le Dictionnaire de Bretagne éditée en 1853, indiquait que l’église n’avait aucun caractère en dehors de son clocher qui offrait une belle vue!

Les travaux de vitraux aux XVIII°


1708, Urbain Keromen, peintre verrier, fait le vitrail de la chambre de l’horloge et répare les autres vitraux. Relevé en activité de 1690 à 1708, dont Landerneau.

1768, Vincent Marie Viel de Villereux, maître peintre vitrier, installé à Brest, fait pour 8 livres 10 sols de travaux à l’église. En 1770, il fournit et pose deux grandes vitres neuves du côte de la chapelle du Rosaire.

L’église datant de 1870 est endommagée en août 1944. Les verrières figuratives du verrier parisien Plonquet, datant de 1905, sont  alors détruites. L’une d’entre elles présentait saint Pol de Léon. Ce atelier parisien, est en activité sur 8 églises dans le Finistère de 1904 à 1917  et en 1955.


Il semblerait qu’il y ait eu aussi,  en la seconde moitié du XIX°siècle, des vitraux figuratifs du peintre verrier  Jean-Louis Nicolas, de Morlaix, en activité dans le  Finistère de1859à1881

Un atelier inconnu à, dès la restauration de l'édifice après la guerre,  fourni des verrières
La baie  du chevet. possède sept lancettes  effilées en ogive de 5 panneaux de vitraux chacune, dont le réseau est composée de 33 jours en formes de têtes de flèches.

Il s'agit d'un montage sous plomb régulier et répétitif  avec croix  élancées de plusieurs teintes dont le rouge, le vert, le jaune, et ronds de divers tailles et couleurs montant et restant seuls dans le réseau. Le tout sur fond jaune devenant vert dans le haut.

 Dans les autres baies, il  fournit une vitrerie losange en verre antique légèrement teintée.
La baie ouest,est composée de 2 lancettes trilobées et  oculus à 6 lobes et 2 écoinçons.

Des travaux  d'entretien, mauvais état des barlotières,et vandalisme, eurent lieues en
  1960, et 1962 dont le vitrail de la  sacristie par l'atelier Le Bihan-Saluden de Quimper.
.





Chapelle Saint-Adrien



XV°, XVI, XVII° siècles
1757, travaux du maître vitrier Claude le Roy de Landerneau
1913, raccourcissement de la nef et reconstruction du pignon
Baie 0, verrière grisaille à dominante jaune, signée A.Saluden, Brest, 1913
Baie 1 et 2, 5 et 9  montage losange d’avant 1913, brisées par vandales en août 1983
baie 3, même type de verrière que baie 0 mais dominante bleue, même date et signée A.Saluden, Brest, 1913.
Baie 4, même type.
Baies 7, 8, 9 et 10, petites ouvertures rectangulaires avec losanges blancs.
Travaux septembre 1983, JPLB



Chapelle Sainte-Christine



XV, XVI° XIX° siècles
 …..
1944, disparition d’une verrière de 1558. On  voyait au dessus de l’autel des débris d’une Vie de la Vierge, dont une Assomption et son Couronnement. Dans une autre baie, saint Nicolas sauvant les trois enfants du saloir.


196O fournitures de  vitraux non figuratifs par l'atelier Jean-Pierre Le Bihan
La  réception des travaux eut lieue le 4 11 1961
architectes Hervé Péron et A. Weisbein.
 Monsieur Fournier étant maire.
baie 0, 2 lancettes cintrées de 2 panneaux chacune et réseau de 3 soufflets. Et 3 écoinçons ; tentures  de bleus
baie 1,2 lancettes cintrées de 2 panneaux chacune et réseau de 3 soufflets. Et 3 écoinçons ; rideau chaux.
baie 2, 2 lancettes cintrées de 2 panneaux chacune et réseau de 3 soufflets. Et 3 écoinçons ; rideau  froid
 baie en ogive, de 2 panneaux ;  double tenture

oculus à 2 panneaux ; éclats rouges sur bleu



Chapelle St Claude



XVII° et XVIII° siècles
1962, Fourniture et pose de10 m2 de vitraux non figuratifs en verre antique de couleur, sous plomb, pour les cinq fenêtres de la chapelle par l'atelier de Jean-Pierre Le Bihan.

Les architectes Péron et A Weisbein, de Brest, nous demandent:
« même travaux que ceux effectués par vos soins à la chapelle Sainte-Christine."




Chapelle Saint-Guénolé (I.S)



 XVI, XVII° siècle.

1990, fourniture de vitraux par l'atelier Jean-Pierre Le Bihan.

Baie du chevet, baie à 3 lancettes cintrées  trois soufflets. Vitrerie à base de rectangles de couleurs bleues, rouges et gris avec filet blanc et bleu clair doublant la lancette. Ou le soufflet pour le réseau.

Oculus de forme ovale avec vitrerie montage  rectangles jaune et gris bleu, filet courbe rouge et bleu  doublant l’ovale.

Baie à 2 lancettes cintrée et 3 soufflets. Montage de rectangles jaune et bleu gris avec filet rouge et bleu doublant la lancette. Dans réseau, petite tache de couleurs sur rectangles jaunes.


Chapelle Saint-Jean.IS
XV°,XVII°

1982, bon état général,  après travaux de réparations dues au vandalisme.


2002, revandalisme baies 0,  2,  6, 8

Baie 0, (chevet) 3 lancettes trilobées, 185x40, de2 panneaux et réseau composé de 3 mouchettes,  et 2 écoinçons, dont la supérieure avec blason et les deux autres anges jouant de la vile sur fond bleu losange. Dans les lancettes, dans niche néo gothique à fond de grands losanges carrés en filets rouges sur bleu, en A, un  saint évêque, en pied, de profil droite,  bénissant de la main droite et tenant de l’autre main sa  crosse  sur le manche de laquelle s’accroche un serpent

Nous nous trouvons ici probablement devant un saint Patern évêque de Vannes. Pourquoi un tel saint ici en Cornouaille ? Vitrail offert par un particulier ou prêtre originaire de cet évêché ?.  Il est vrai le verrier est de Saint-Brieuc.Dans la lancette centrale, de face et en pied, le visage de trois quart gauche, le bras droit levé, son bâton de l’autre main, saint Jean-Baptiste..
 En C, de face, le visage tourné de trois quart vers saint Jean, portant un sceptre, couronne, saint Judicaël. Signé :1868,   Joseph Piriou, Saint-Brieuc..


Baie 2, 3 lancettes trilobées, 37x180, de 2 panneaux chacune et réseau composé de 3 mouchettes et 2 écoinçons. Dans niches à coquille, en a sainte Cécile, en pied et de face, en B saint Joseph, à droite sainte Françoise d’Amboise. Dans le réseau, instruments de musique dont harpe, cœur enflammé.

Baie 4, 3 lancettes trilobées de 3 panneaux, 185x40, présentant des grisailles à la sanguine avec au centre du motif losange bleu ou rouge. Dans le réseau, composé de 3 mouchettes et 2 écoinçons. En supériorité, cœur enflammé, dans les deux autres armoiries d’évêque et de pape.

Baie 6, 2 lancettes cintrées de 3 panneaux, 150x49, avec grisaille en sanguine et grisaille avec au centre du motif losange vert ou brun. Dans le réseau composé d’un soufflet et de 2 écoinçons, symbole de l’eucharistie composé d’un calice et d’une hostie sur fond rayonnant.

Baie 8, 2 lancettes cintrées de 3 panneaux, 150x49,  avec grisaille en sanguine et grisaille avec au centre du motif losange vert ou brun. Dans le réseau composé d’un soufflet et de 2 écoinçons, une agneau pascal dormant sur une croix.

Dans autre baies vitrerie en verre blanc montage borne vers 1930

Chapelle Notre-Dame de la Fontaine Blanche. dite chapelle neuve
XV° XV XVI, WVII° siècles
 
                    En 1897, le chanoine Abgrall signale la disparition d’une Crucifixion représentant le Christ en Croix entouré de la Vierge et de saint Jean. On y voyait aussi saint Paul. Dans les fenêtres 8 écussons ou armoiries existaient dans les fenêtres.

En 1904, Le Guennec note un écusson aux armes de Buzic de Kerdoulas, Guermeur, du Penhoat, Kerguern de Kernisy.



1955, Plonquet, Chœur baie à 2 lancettes trilobées et 3 mouchettes  La Vierge et ‘enfant Jésus sont implorés par des habitants de Plougastel en costumes, deux femmes portent un enfant en chaise de leurs mains, un Kg, prisonnier de guerre à genoux. Texte « Ils m’ont établie leur gardienne. »

Baie au dessus poche sud,  réseau avec 7 mouchettes et 2 écoinçons de vitrerie losange blanc.

Petit oculus en quatre-feuilles, rond central avec buste d’ange nimbé, robe rouge serré par ruban  jaune aux haut du coude accompagné de rayons dans les lobes. Brisé en partie haute en 1986

Dégâts vandalisme, vitrail refait par l'atelier Jean-Pierre Le Bihan

Dans petite ouverture trilobée Vierge dans auréole or de l'atelier Jean-Pierre Le Bihan 198

XV°, XVI°, XVIII°, XX°siècles.


Chapelle du Passage


XVII°  XVIII°siècles

1776, Vincent Marie Viel de Villereux y fait pour 205 livres de travaux.
Des morceaux de la vitrerie XVIIIe furent trouvés lors de travaux en 1982 derrière l’autel.   
.   
En 1982, dans la grande baie  en ogive du chevet,
de1,90 sur 300, et armature de 2 verticales et  3 horizontales. restes d’une verrière style Art Déco, attribuée à la maison Saluden de Brest, et des environs de 1915 .photos ci-contre


Au centre haut de la baie, l'ensemble ciboire et hostie est entouré d’un nimbe rayonnant. Une grande courbe continue le cintre jusqu'à la seconde ferrure  horizontale. Dans cette espace et autour du nimbe du calice, graphisme constitué de 17 rangées de parallélogrammes mis dans le sens de la hauteur avec une pièce noire aux jonctions. Au-dessous sur 6 panneaux, montage de pièces triangulaires dont le sommet est convexe et les deux autres côtés concaves.


 L'état de ce vitrail étant très mauvais, il fut remplacé par un vitrail
 non figuratif, plus haut en couleurs, balayures bleus et jaunes, croix, X et courbes


 Près de la statue de Saint Longin, sur le mur nord, près de 8 m2 de graphitis de prières au saint, dont le culte était le mariage. Ces messages datés de 1900 à 1960 devait alors disparaîtrent














s

Chapelle Saint-Trémeur.

XVI XVII° et XX°siècles


 Vitrerie de l'atelier Hubert de Sainte-Marie. de Quintin,1982, 
restauration  par l'atelier Jean-Pierre Le Bihan de 5 panneaux de vitraux brisés sur 4 baies.







Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article