Saint Servais, finistère, vitraux de Yannd'Argent

Publié le par jeanpierrelebihan2

 
 Eglise Saint-Servais ©, était une trève de Plouneventer depuis 1587 et devint paroisse en 1801


1684, Marguerite Françoise de Sévigné revendique le droit de prééminences de la verrière du Côté Nord.

Les travaux  de vitraux des XVII° ET XVIII° siècle


1668, Robert Gélin accommode les vitres pour 38 livres 6 sols.
1682, François Bourrigan pose un vitrail et accommode les autres.
1707, le même descend les vitres et les remet en 1709.
1723, travaux de Kermarch maître vitrier à Landivisiau, coût : 3 livres 15 sols pour 4 panneaux de vitres. La même année, travaux de Jacques Kergrach.
1739,1741,1744,1750, 1758, travaux de Claude Le Roy vitrier à 
Landerneau.

Travaux sur les vitraux de Yand'Argent  auXX° siècle,


     1949, travaux de restauration de l'atelier le Bihan-Saluden de Quimper


LES VITRAUX D'YAN D'ARGENT FIN XIX°


yan D'argent

déssinateur
Né à Saint-Servais en 1824,succéssivement dans les travaux publics et la Sncf, il découvre Paris où sa première illustration parait en 1848,ce pour la couverture d'un guide des chemins de fer. Collabore par la suite à plusieurs périodiques. En 1870, il décore de peinture murale l'église de Saint-Servais, et devient un illustrateur de nombreux ouvrages, sans négliger la peinture

yan d'Argent et le vitrail.


s

En fin XIX°, l'église reçoit des vitraux figuratifs de Yan d'Argent
qui, avec Jean Louis Nicolas de Morlaix, est le seul peintre du XIX° siècle et d'origine bretonne, à avoir pu créer des vitraux dans le diocèse.

Pour les vitraux de Yan d'Argent nous n'avons plus ni date ni signature, disparues probablement suite à des restaurations, que ce soit à l'église ou à l'ossuaire. Le côté pictural et le style confortent la tradition qui donne ce peintre comme auteur de trois vitraux. On peut cependant  donner comme date l'extrême fin XIX°

a

A la même époque, Il participe à la création  de sept verrières en tant que cartonnier et peintre et les ateliers de vitraux lui ouvrent les portes. Botsorhel,  1878, Plounéventer 1874,



, baie 1(la première à gauche),


Elle est composée de  3 lancettes cintrées de 3 panneaux chacune  et réseau de 5 soufflets et 3 écoinçons ;
Dans le réseau,
le soufflet de gauche, présente les armes de l’évêque et à droite celles du pape, au centre sur fond rouge, entouré de deux pied de vignes avec grappes bleues un calice surmonté de l’hostie.
A l’étage au-dessus,  Anges aux bras et ailes ouvertes au-dessus, au gauche, de la ville de Quimper dont on devine l’extrémité des flèches, à droite au-dessus de Saint-Servais dont on aperçoit le clocher.

Dans les lancettes, l’un derrière l’autre comme dans un défilé saint Paul saint Servais et un saint, tous les trois en pied, de profil, regardant vers le choeur.
Saint Paul au crane chauve porte une petite barbiche pointue et
 d’épais sourcils. Il lève l’index de la main droite et pose sa main
 gauche sur le pommeau jaune d’une longue épée de couleur bleue ; il porte un manteau jaune sur une robe bleu. Saint Servais porte moustache et barbe foncé comme les cheveux, il tient un livre ouvert et posé sur son bras et sa main gauche. Un pan de son manteau vert sans manche tombe jusqu'au sol et découvre  une robe rouge. Un saint, le visage un peu moins de profil, un bâton de la main gauche  porte une robe grise sous un manteau vert chou. Une tête ailée couvre la moitié de son nimbe Les trois lancettes avec un fond bleu.

 Baie 2, la première à droite

,  Elle est composée  de 3 lancettes trilobées de 4 panneaux chacune  et  unréseau de 5 soufflets et 3 écoinçons ;
Dans le réseau, soufflet de gauche avec livre ouvert, tiare papale et deux croix  en X, soufflet de droite mitre et livre ouvert, croix à deux barres horizontales et une crosse, les deux soufflets avec fond de rayons blancs sur jaune d’argent.

 Au centre, entouré de deux fleurs de lys et sur fond rouge, un ciboire. Au-dessus deux anges aux ailes violettes.

Dessous dans les lancettes sur fond bleu damassé,

 trois personnages nimbées dont saint Jean l’évangéliste, de face, levant très haut son calice attribut.  Le premier saint réfléchit, le dernier barbu aux cheveux blancs prie.
Restauration
entouré de baies 1,2,5 1993. JPLB

Autres baies,

Baie à 2 lancettes cintrée de 3 panneaux et réseau de 3 soufflets et 3 écoinçons, vitrerie losange verre blanc et triple filet ,  jaune et un central  carrés rouge avec fleurs à 4 pétales  et rectangles verts.
 

Baie à 2 lancettes cintrée de 3 panneaux et réseau de 3 soufflets et 3 écoinçons, vitrerie losange verre blanc et triple filet , 2 rouge  et un central  carrés jaune avec fleurs à 4 pétales  et rectangles bleu ;



Oculus.  le Baptême des sauvages.

Cette oeuvre amène des réflexions, ainsi que les baies avec filets de bordure, il se peut qu'ils soient de la main du confrère Jean-Louis Nicolas.

 Ce sujet,les missions est propre à cette époque qui veut consacrer et sanctifier l’expansion coloniale et cela par ses saints missionnaires.On peut le retrouver en Quimper en l'église Saint-Mathieu,  en la chapelle Saint-Joseph de l'Evêché,à Pont-Croix notre-Dame de Roscudon;


 Peinture sur verre exécutée en  4 morceaux. Lieu, l’une petite colline en pente douce où coule au milieu un petit ruisseau, de l’herbe rase, un palmier à droite, des plantes grasses à son pieds et sur la gauche ; Sur le côté gauche du ruisseau, là où il devient moins large, un prêtre, portant moustache et barbe noire courte, des cheveux eux aussi court, sans nimbe, en soutane et surplis brodé, souliers noirs pointus, la tête levé vers le ciel, baptise. Il vide un coquillage de la main droite , la main gauche lève un crucifix. Derrière lui, un petit garçon noir  en pagne de tissu imprimé, les jambes écartées,  plie ses coudes et lève ses deux mains. Sur l’autre rive, une fillette reçoit l’eau du baptême, à genoux, la tête baissée, les mains jointes. Elle porte une petite robe courte à bretelles qui semble être faite dans le même tissu que le pagne du petit garçon. Les deux enfants sont bien sur jambes et pieds nus. En arrière, accompagné d’un petit enfant, un femme, debout les mains jointes , prie. Elle porte une robe sans manche de couleur rose. En fond un léger ciel bleu. L’auteur n’a pas signé. Il semble bien cependant d’être de l’atelier Nicolas, ce que peut confirmer le filet d’encadrement.


Ossuaire,


DIAPO N° 168. 1991

chevet,. Baie à 2 lancettes cintrée et réseau de 2 soufflets. Sainte Famille sur fond rouge, très mal cuit. A gauche, saint Joseph en pied, bâton dans la main droite ; fleur de lys à 3 fleurs, gravure blanches sur verre rouge damassé, robe violette, manteau blanc tombant jusqu'à terre. Marie portant l’enfant Jésus, manteau bleu à frange  sur robe rouge, les pieds sur des nuages.

Réseau, Nativité, Marie,  voile blanc, manteau bleu et robe rouge, est affalé par terre sur son coude gauche, elle tient l’enfant des deux mains. Derrière elle l’âne et le bœuf, celui-ci lève le museau vers une lumière au milieu de la quelle un ga porte à bout de bras un phylactère avec Gloria in excelcis Deo . Joseph est étendu par terre, appuyé sur ses deux coudes, il semble réfléchir. Grisaille gris bleu pour les ombres du voile de Marie, le lange du bébé,  l’ange, l’âne et murs de la crèche, marron violet pour le bœuf,  mélange de sanguine, de jaune d’argent pour le sol. Jaune d’argent pour les nimbes de Joseph et Marie, ce dernier plus clair, violacé clair pour les ombres sur les chairs.




 Annonciation,  la Vierge, la tête penchée, est de face, à genoux, les mains jointes, au pied d’une table autel  à deux marches. Elle porte un vole blanc un manteau bleu et une robe rouge. L’ange arrive sur le côté droit à genoux sur une nuée blanche il lève la main droite vers marie et de l’autre main tient une fleur de lys. Une colombe entourée de lumière jaune plane au-dessus de la Vierge Marie.  Emploi de grisaille gris bleu pour les murs de la pièce qui semble être plutôt ceux d’un temple , même grisaille mais plus légère pour les ombres des vêtements, les ailes et la tête de l’ange, avec une  touche de violet pour l’autel le sol . Jaune d’argent pour les deux nimbes et les rayons de la colombe.



Restauration

 Coté est, 5 baies à plein cintre de 0,70 sur 1,75 de 3 panneaux.

 Vitraux en verre blanc montage tranchoir en losanges avec filets, bleu intérieur et extérieur de feuilles de chêne en grisaille et jaune d’argent. Restauration 1992JPLB.

Vitraux grisaille à motifs floraux avec filets rouge et bleu entourant  un filet central de fleurs roses et feuilles vertes  Au centre de chaque lancettes, médaillon avec litanie de la Vierge


Rondelle de forme ovale, dans médaillons  orné de fleurs dont  roses dans le haut, avec
 L’un au haut de deux marches blanches  un temple octogonales à dôme  avec porte cintrée et  colonne aux angles de couleur , le tout en couleur or. Sur gon de nuées en grisaille bleue et rayons or.. En bas phylactère avec  DOMUS AUREA.

Le second,  sur rayon jaune, un vase à anse et couvercle, décor à feuillage  au jaune d’argent, Phylactère avec : VAS HONORABILE

Le troisième, sur rayon jaune, une tour à deux étages et flèches. Phylactère avec TURRIS DAVIDICA

Le quatrième avec un portail au meneau central et trois anges comme pinacles. Une lumière jaune à rayons en sort. PORTA  COELI

Le cinquième avec une étoile à six branches dans un cercle blanc d’où émanent  des rayons lumineux au jaune d’argent.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Florie DUPONT 25/07/2018 13:31

Bonjour Jean-Pierre (ou Antoine), j'ai travaillé avec vous à l'atelier en 2007 et je suis maintenant installée à Locquirec. En faisant des recherches sur Yan'D, je suis tombée sur votre blog. Il semblerait que j'ai fait acquisition de cartons des vitraux de Yan'D, car ils sont signés et emprunts de traits de grisaille. Si vous souhaitez les voir, contactez moi. Florie.