Plabennec, Eglise Saint Ténénan, vitraux des XVI° et XIX°

Publié le par jeanpierrelebihan2


PLABENNEC FINISTERE



Eglise Saint-Ténénan XVIe siècle.


«  la grande vitre » ou baie du chevet. XVI° Siècle Vitraux disparus





Relevé
des armoiries de la famille  Kerman de Maillé  lors de la première moitié du XVII°siècle, exécuté par Jean Bourricquen,peintre verrier de Saint-Pol de Léon 

  Dans le réseau : armoiries et image de deux saints

4 écoinçons et 10 soufflets  dont 7 aux armes avec cuirs de Carman alliées avec Léon Maillé le Chastel. Le plus haut étant celui de Bretagne. Le soufflet central avec le lion de Léon est entouré du collier de l’ordre. La blason de droite est décoré de la Cordelière étalée en lacs d’amour. Deux d’entre eux, les plus bas et centraux, sont imagés de saint Pierre et d’un évêque, crosse vers l’extérieure qui pourrait  etre saint Ténénan.


Dans les quatre lancettes à plein cintre,

4 scènes de la Passion
.

De la gauche à la droite : baiser de Judas, Jésus tombe sur le chemin du calvaire, Simon de Cyrène l’aide, la Crucifixion : la Vierge et  saint Jean entourant le Christ et Marie Madeleine enserrant la croix, la Résurrection
. (1614.Prééminences de Carman commandé par Tanguy de Kermavan et Louyse de la Forest son épouse. Relevé de Jean Bourricquen.)

XVIesiècle.Vitre du pignon sud, deux blasons avec cuirs aux  armes de Carman alliés aux Maillé. ( même source)
XVesiècle. Vitre du côté de l’évangile sur l’autel  deux blasons avec les vieilles armes de Carman.( même source)
XVesiècle . Vitre du côté de l’épître  le blason de Léon.( idem)


1720, le 25 mai, pose de  la première pierre de la nouvelle église et incident entre Carman et Rohan. Le duc de Rohan affirmait que ses armoiries venaient immédiatement après celles de Bretagne.

1775, le 17 septembre à 15 heures, la foudre brise entièrement les vitres (vitraux) des quatre fenêtres du bas de l’église et endommage le reste des vitres(vitraux)'.




.


LlES VITRAUX ACTUELS DE L'EGLISE







Cette édifice a bénéficié à la fin du XIX° siècle et tout début du XX° siècle de la pose de vitraux , certains figuratifs ayant traits à la vie du Christ et de sa mère,
 de l’Annonciation à la Crucifixion ;  D’autres baies des saints, évêques et moines, Sainte Anne la patronne de la Bretagne, le saint patron de la paroisse, Ténénan, le patron des artisans, Joseph, et aussi une représentation du Sacré Cœur.


Les auteurs 

«  Fabrique du Carmel du Mans, Hucher directeur »

 L’atelier parisien Haussaire et Léon Payan, actif de 1884 à1923, a travaillé aussi à  Dirinon,Goulven,Landunvez et Plouneour Trez, seuls vitraux de cet atelier recensés dans le Nord Finistère.


Guyonnet, J.    fin XIX°, tout début XX°,    parisien. A comme collaborateur Payan



Hirsch, Charles,Emile,     né à Metz en 1832, famille du Finistère, Israélite, il se convertit au protestantisme, puis au catholicisme.
   
L’ atelier est à Paris, et la période d'activité est de 1860 à 1900, travail sur toute la France. A eu comme apprenti Georges Rouault.
Bien vu du clergé et de l’évêque du diocése du Léon et de Cornouaille il en fait le portrait en 1852. En 1864, l’évêque dit de lui qu’il est le seul verrier capable de composer un vitrail en rapport avec un monument gothique. «  talent dejà bien connu et plus encore pour sa piété »
 Avant de lui confier la principale fenêtre de la basilique du Folgoët. Heureux du succès de l’œuvre, l’évêque continue : « je suis décidé à vous donner une nouvelle verrière pour le Folgoêt ; elle vous servira d’expérience. Je vous recommanderai à mon clergé. »

Riquier,  Claude, n’apparaît dans le Finistère qu’ici, sauf erreur de ma part.





Ba
ie 0,  baie du chevet.Crucifixion,

 E. Hirsch Baie cintrée  avec armature cintrée  composée de 3 barlotières horizontales ; Le Christ est en croix, les pieds à la hauteur de la ceinture des trois autres personnages. Il a les bras bien tendus  et les deux pieds l’un à côté de l’autre. Il tourne le visage vers sa droite où se trouvent Jean et Marie. Celle-ci en robe bleue est soutenue par Jean en manteau rouge qui la tête levée et de profil gauche regarde le Christ. De L’autre côté, la gauche, une femme de trois quart droite, les mains jointes et serrées  est enveloppée dans son manteau  bleu. Dans le ciel, à droite et à gauche de la croix, un soleil rouge et un croissant de lune décroissante



Hirsch,1871, baies 2 et 3, saints, évêque et moine.
 
Baie cintrée à armatures de 2 barlotières verticales et 3 horizontales plus une petite verticale séparant le panneau cintrée en 2 éléments.  Sur fond bleu de céruleum très claire, composition néo renaissance avec dais à fronton, socle et colonnes, un personnage est présenté dans une niche cintrée et sur fond damassé violet. Il est de face, nimbe, le visage de trois quart gauche, de la main gauche il tient un rouleau. L’autre main est levée à la hauteur des épaules faisant un geste de bénédiction. Il revêt sur une  bure blanche une aube rouge à galon  vert anglais et une chasuble bleue de céruleum à bande verticale blanche.

 Baie cintrée à armature d’une barlotière verticale et 4 barlotières horizontales.  Dans médaillon rond, avec accompagnement de grisailles aux Motifs de cercle et de losanges, et monogrammes IHS et MA, Nativité de Hucher. Saint Joseph, à genoux, de trois quart droite et visage de profil, s’appuie sur son bâton et regarde l’enfant Jésus que la Vierge, à genoux et baissée.  est en train de poser des deux mains dans une mangeoire.
 
baies 4 et 5, 1872, Riquier, Claude.

Sacré-Cœur, baie cintrée à armature de 2 barlotières verticales et 5 horizontales. Dans une niche,  sur fond bleu, avec socle, dais et jeux de trois colonnettes bleues sur chaque côté,  le Christ, au nimbe cruciforme rouge et or,  en pied et de face présente de la main droite sur sa robe brune son cœur enflammé, à la couronne d’épines  au milieu d’un rayonnement jaune. La main gauche, écartée du corps est ouverte.  Il porte sur l’épaule gauche un manteau rouge à doublure bleu cendre.

 Saint Joseph,

baie cintrée à armature de 2 barlotières verticales et 5 horizontales. Dans une niche,  sur fond bleu, avec socle, dais et jeux de trois colonnettes bleues sur chaque côté , saint Joseph nimbé de rouge, est de face et en pied avec un lys tenu de le main droite. Il pose l’autre main sur sa poitrine. Il est habillé d’une robe orange et d’un manteau bleu à doublure claire, manteau fermé au cou et découvrant les bras et le haut de sa robe.,

 baies  X et X  Grisailles et jaune d’argent. gauche du panneau,  de trois quart droite sur le chemin de ronde  d’un château fort,  Ténénan en habits de moine, prie.  Deux compagnons sont à ses côtés. Au pied de ce château une troupe en armures, casquée et avec boucliers essaye de l’investir.

baie 11, sainte Anne. Haussaire et Léon Payan.


  autre Baie Annonciation Carmel du Mans


autre Baie .Présentation au temple

 Dans médaillon avec accompagnement de grisailles à base de feuilles au jaune d’argent,

 la Présentation au temple. Marie arrive sur la gauche, voile blanc, manteau bleu céruleum  sur robe  laque de garance rose, le visage de profil, un peu incliné. Deux jeunes femmes dont l’une porte un cierge l’accompagnent. Marie porte serrée contre elle  des deux mains l’enfant Jésus que l’on boit de face. A droite, saint Joseph  de profil, arrive,  tenant un panier tressé portant 2 tourterelles. I Il revêt un manteau couleur vert de cobalt et une robe orangée. Il tend l’offrande au grand  prêtre.

Celui-ci de face, debout sur une marche, habillé d’une robe couleur violet bleu à larges manches se terminant en bas par un large galon d’or, lève son visage à la barbe blanche, visage portant une coiffure blanche à deux cornes, vers le ciel, geste que son bras gauche accompagne.  Comme fond des boiseries avec un tissu rouge damassé central et une baie ouverte sur un paysage urbain exécuté à la grisaille sur verre incolore.

Baie  cintrée à armature composée d’une barlotière verticale et 3 horizontales
Dans oculus central,  scène de la Nativité dans un lieu fermé au fond par quelques piliers dont deux carrés. A gauche, Joseph est à genoux de trois quart droite, appuyé des deux mains sur son bâton. Il regarde l’enfant. Celui-ci, emmailloté, est posé, par sa mère, dans une auge recouverte de tissu.  Celle ci, à droite de l’enfant est à genoux et son visage,  de profil,  proche de l’enfant. Dans le reste de la baie accompagnement de grisaille sur graphisme de grands losanges et  cercle portant les monogrammes IHS et MA. Tout au tour, filet avec grappe de raisin et  dans le bas cartouche portant «  Fabrique du Carmel du Mans, Hucher »




  autre Baie Jésus au temple.

autre Baie , la Cène  où, sur une petite table carrée , seules quatre apôtres sont assis , deux à droite, deux à gauche avec le Christ de face en robe rouge.. Les autres sont debout derrière.

Baies X et X ,fond de l'église, (ouest, Nord et sud)






Le 5 mars 1952.
Monsieur,

Je viens de voir M. le maire. Il m’a autorisé à vous demander de faire l’estimation des dommages causés aux Vitraux de l’Eglise avec la guerre et l’explosion du cargo de Brest.
Veuillez agréer Monsieur mes respectueuses salutations.
                            Fichoux, curé-doyen de Plabennec.




Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article