Quimper, Kerfeunteun église de la Sainte-Trinité

Publié le par jeanpierrelebihan2





Eglise de la Sainte-Trinité de Kerfeunteun.Classée M.H XVI° XVIII° siècle

            1535, Claude du Juch, seigneur de Pratanroux en Penhars, et de Troheir en Kerfeunteun, les deux paroisses actuellement dans le grand Quimper,déclare son écusson d'azur a et une vitre àu lion d'argent, accompagné de trois quintefeuilles de même, ses armes.bsaf.

1650, Prééminences dans la maîtresse vitre de François de Rosily, seigneur de Pratanroux paroisse de Penhars, D'argent au chevron de sable accompagné de tois quintefeuilles de même.

1671, prééminences dans le fenêtre étant au bout suzain de la chapelle costières devers le midy de Marguerite Le Provost.  Le Guennec.

1850 et 1919,  le chevet  est reculé avec le vitrail sur l’Arbre de Jessé qui est alors restauré; il le sera de nouveau en 1953,par le verrier parisien jean-Jacques Gruber, après les événements durant lesquels il fut mis à l'abri, puis en 1998 par l'atelier jeanpierre le bihan, suite à des travaux de maçonnerie sur cette baie.


Christel Douard, chercheuse à l'Inventaire

à propos de la Trinité mène cette étude «  une comparaison avec la
Gravure de Durer révèle des analogies et aussi des différences. La position des personnages est adoptée mais avec moins de précision;On sent que le peintre
 verrier, désireux de suivre son modèle s’en approche d’une manière assez naïve en dessinant les jambes croisées du Christ mort… mouvement comparable –
le geste de la main gauche reflète celui de la gravure.
 La physionomie de Dieu le Père, barbu, chevelu et coiffé d’une tiare, les yeux baissés et tournés vers le Christ ne s’éloignent pas d’une manière significative du modèle. Les différences ne sont pas négligeables : L’encadrement, l’architecture, le manteau de Dieu le Père orné de bordures festonnées, la différence dans la tenue du corps.. Ici amalgame stylistique et formel qui puisse son inspiration dans des modèles divers. Cette Trinité a sûrement influencé Huelgoat qui lui est légèrement postérieur.


LES AUTEURS:



                                    
Dans le vitrail sur l’Arbre de Jessé (vers 1520-25) de l’église de la Sainte-Trinité de Kerfeunteun, en Quimper, Roger Barrié découvre dans les inscriptions, enrichissant les vêtements, les prénoms et le nom de trois Le Sodec :Olivier 2, Laurent 3 et Robin 4.  De même, à l’église Saint-Théleau de Plogonnec, il lit  ces deux derniers prénoms dans le vitrail de la  Transfiguration et celui d’Olivier dans  la Passion de la baie du chevet.

LE DONATEUR:


Pour ce personnage qui se trouve dans le bas de la lancette de droite plusieurs historiens se sont affrontés pour lui attribuer un nom. Pour René Gouffon, il s'agit d'un chanoine de la cathédrale recteur de Kerfeunteun, ce qui est refusé par d'autres, vu la date; On y voit un Claude de Rohan, évêque.






Publié dans LE SODEC AUTEUR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article